top of page

DIPLOMATIE MUSICALE : QUAND LES NOTES DEVIENNENT DES OUTILS DE POUVOIR

Dernière mise à jour : 1 juil. 2023


La musique est universel. Qui ne s’est jamais vu danser sur une musique entrainante, ému par des paroles ou pousser la chansonnette ? Si les activités décrites ici paraissent frivoles, la musique ne l’est aucunement : elle a le pouvoir de transcender les frontières linguistiques, culturelles et politiques. En plus de son pouvoir unificateur, c’est une arme géopolitique.


La musique est un outil de soft power utilisé par les Etats pour promouvoir leur influence à l’étranger. Par le biais de festivals, de tournées internationales ou de la diffusion de leurs artistes à l'échelle mondiale, les pays peuvent améliorer leur image et influencer les perceptions des autres nations à leur égard.

Les États-Unis ont souvent utilisé la musique populaire et le hip-hop comme un moyen de diffuser leur culture et de promouvoir leurs valeurs. Originaire des quartiers défavorisés des États-Unis, le hip hop a transcendé les frontières et est devenu un phénomène mondial. Des artistes américains tels que Tupac, Shakur, Jay-Z, Eminem et Kanye West ont connu un succès international et ont contribué à populariser le hip-hop dans le monde entier. La diffusion de ce genre a permis aux États-Unis de promouvoir leur culture et d'influencer les jeunes générations à travers le globe..


La musique est un outil de propagande politique. La composition de chansons patriotiques, l'utilisation de hymnes et de chants de ralliement prouvent sa capacité à influencer les masses et renforcer l'identité nationale.

Sur un rythme entrainant et entêtant, la célèbre chanson Bella Ciao célèbre en réalité l'engagement dans le combat antifasciste mené par les partisans italiens, résistants et révoltés pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre de la guerre civile italienne. La censure s’est ainsi révélée pratique courante par les gouvernants désireux de contrôler les idées et les discours considérés subversifs.


Lors de la Guerre froide, la musique fut une des ressources utilisées par les deux Grands en vue d’exercer une attraction culturelle. D’un côté, les États-Unis mirent en place leur programme des Ambassadeurs du Jazz. Louis Armstrong réalisa ainsi plusieurs tournées à l’étranger à partir de 1956. Ces concerts entendaient montrer l’image d’une société libérale qui reconnaît une égalité de droits. De l’autre, l’Union soviétique diffusa sa propre musique ainsi que ses ballets dans un esprit fidèle au réalisme. Les Bolchoïs russes ont été profondément influencés par la politique en Russie. Ils ont été considérés comme des outils de propagande et de représentation de l'idéologie communiste.


La musique peut cependant être utilisée comme un moyen de dialogue et de rapprochement entre les cultures et les nations. Les échanges musicaux, les collaborations entre artistes de différents pays ou les festivals internationaux peuvent favoriser la compréhension mutuelle, la coopération et le respect. Dans certains cas, la musique a joué un rôle dans la réconciliation post-conflit en offrant un espace de rencontre et de partage entre les communautés.

Après le génocide rwandais de 1994, la musique a été utilisée comme un moyen de guérison et de réconciliation. Des groupes de musiciens issus de différentes ethnies se sont formés pour promouvoir le dialogue et la compréhension mutuelle. Le projet "Rwanda: Les Voix de la Réconciliation" a rassemblé des chanteurs hutus et tutsis pour créer de la musique ensemble et sensibiliser à la réconciliation.


En résumé, la musique a été (et est encore aujourd’hui) utilisée pour promouvoir une culture spécifique, exercer une influence culturelle sur d'autres pays, en popularisant des genres musicaux, des artistes ou des modes de vie spécifiques. Plus que de simples notes, elle est une arme dont l’efficacité est redoutable.

bottom of page